Ne ratez aucune actualité BtoB 

 
<< Retour

Tout d’suite les grands mots (du CR) – Episode 3 : C mon anniv G 20 ans !!!!!!!!!

Published on 15 Dec 2012

« Qui t’écrit encore à cette heure-ci ? »
« Lâche ton téléphone, on est à table ! »
« Si vous voulez sauver Loana, tapez 3 »

Autant de phrases qui n’avaient pas leur place dans la société il y a tout juste 20 ans. La cause de tout cela se résume en 3 lettres : SMS ou Short Message Service.

4 000 milliards de SMS ont été envoyés dans le monde en 2011

Pour comprendre, il faut revenir au 3 décembre 1992. Ce jour-là un jeune ingénieur anglais nommé Neil Papworth envoie « Merry Christmas » à un collègue via le réseau Vodaphone de son ordinateur.

À cette époque le SMS n’est pas destiné au grand public. Il a un usage uniquement technique et permet de localiser les pannes sur un réseau. Ce n’est qu’au milieu des années 1990 que les premières offres grand public apparaissent suite à l’engouement pour les « pager » comme Tatoo de France Telecom et Tam-tam de Cegetel.

+575% de SMS échangés en plus depuis 2001

En France, au milieu des années 2000, l’explosion des SMS correspond à l’apparition des forfaits comptant plusieurs centaines de messages, voire des SMS illimités. Et l’engouement n’a jamais faibli même quand le coût unitaire était supérieur à 10 centimes d’euros… Un peu cher pour 160 caractères mais après tout, est-ce vraiment la taille du message qui compte ou ce qu’il y a dedans ? Le SMS a l’avantage d’être plus pratique qu’un coup de fil ou la rédaction d’un e-mail, surtout en réunion ou lors d’un repas de famille. Avec son format ultra-court, on met de côté les formules de politesse, les banalités et tout ce qui pourrait parasiter la compréhension d’un message. Nous avons tout naturellement transformé la contrainte du format par une nouvelle forme de liberté. Celle de pouvoir se dire les choses franchement, être direct et oser davantage. Le SMS a cette capacité de changer l’approche de la relation entre les individus.

Au troisième trimestre 2012 les Français se sont échangés 43,7 milliards de SMS

Rapide à rédiger, à lire, à envoyer. De la liste des courses à la déclaration d’amour en passant par la planification d’un rendez-vous d’affaires, le SMS est intergénérationnel. Il fait partie de notre quotidien. On se dit tout par SMS et qu’importe s’il y a des fautes, ça lui rajoute même du charme 😉

Aujourd’hui, on distingue 4 catégories de rédacteurs de SMS :

  • Le néologue qui a la volonté de faire court. Il utilise des apocopes (poss » pour « possible »), des squelettes consonantiques, (« tkt » pour « t’inquiète »), des acronymes (le fameux « LOL » pour « laughing out loud).
  • Le petit-robert qui écrit sans faute et prend le temps de rédiger des phrases. À noter qu’ils sont de plus en plus nombreux grâce aux claviers azerty des smartphones.
  • Le pro-SMS qui n’écrit qu’en phonétique. Celui-ci a la particularité de savoir adapter la construction d’un mot en fonction de la personne à qui il s’adresse.
  • Et puis il y a les inclassables qui ont tout simplement besoin d’un Bescherelle et d’un Petit Robert.

Et vous, quel est votre style ?

Quel que soit le rédacteur de SMS qui est en vous, vous avez toujours une bonne excuse pour avoir utilisé le futur au lieu du conditionnel ou bien le participe passé à la place de l’infinitif. Peut-être que vous l’écriviez discrètement avec la main planquée sous le bureau ou bien vous étiez en plein footing ou alors vous avez tapé sur la mauvaise touche parce que le clavier de votre GSM est trop petit. Quoi qu’il en soit vous avez appuyé sur « envoyer » alors c’est trop tard !

NB : l’envoi d’un SMS consomme environ 0 ,00215 grammes de CO2.

<< Retour

E-news letter

Abonnez-vous à nos actualités





E-book

Découvrez nos éditions


Ecoutez nos Podcasts


Podcast

Social Media

Abonnez-vous à nos réseaux
Facebook
Twitter
Youtube
Linkedin