Ne ratez aucune actualité BtoB 

 
<< Retour

Montre-moi ton bureau, je te dirai où tu bosses

Published on 22 May 2017

Du moine dans son scriptorium, debout et isolé, jusqu’au geek d’une start-up claviotant dans son hamac, en passant par les employés disposés en ligne par dizaines dans un immense bureau au principe du taylorisme, notre espace de travail s’est radicalement transformé au fil du temps. Pour le pire ou pour le meilleur ? 

Schnelle ! Un open space !

Deux frères, Eberhard et Wolfgang Schnelle, inventent à la fin des années 40 les bureaux paysages qui deviendront les fameux open spaces vers 1970. Pourquoi ? C’est le moment où le besoin d’ouverture et de collaboration se fait sentir. Après des années où seules la hiérarchie et la recherche de productivité structuraient l’espace. Les salariés « lambda » tous dans la même pièce, les managers dans bureaux individuels et la direction dans les étages élevés avec de larges couloirs. L’évolution sociétale des années soixante poussa à abandonner ce modèle trop rigide et cloisonné. 

L’open space permit alors d’augmenter la superficie pour un faire coût et de favoriser l’échange et la collaboration entre les individus en mode projet. Pour autant, l’open space a créé d’autres inconvénients : dépersonnalisation, uniformité, perte des repères hiérarchiques et donc recherche de nouvelles postures de la part des uns et des autres.

3, 2, 1, Start up !

Que dire de l’espace de travail de la start up ? Qu’il est partout et qu’il est une révolution majeure comme l’a été en son temps l’open space. D’ailleurs celui-ci reste la base de l’agencement start-up, si ce n’est que cet espace tend à récréer des îlots plus petits, presque comme des pièces d’appartement ou des bouts de lofts… avec des sofas remplis de coussins, des coins cuisine, baby-foots, écrans de TV… ces lieux de co-working sont douillets et ont un goût de home sweet home. Au point de confondre les deux ?

L’esprit start up se diffuse largement et ses codes sont adoptés par de grands groupes qui n’ont rien de start up. Certains vont même jusqu’à bannir le concept de bureau et proposent des endroits connectés où vous posez votre ordinateur à un endroit pour travailler et le lendemain un autre. Si vous trouvez une place pour vous poser bien sûr…

La porte ouverte à toutes les fenêtres !

Un bateau pirate au milieu d’une mare bleue caraïbe en guise de bureau ? Une grotte pour poste de travail ? Il ne faut pas avoir le mal de mer ni être claustrophobe mais c’est possible chez Inventionland. Partons à l’abordage d’une autre bizarrerie : votre téléphone vous buzz pour rentrer en réunion alors que vous êtes aux toilettes ? Normal, chez BETC vous êtes géolocalisé en permanence dans l’édifice. Direction San Francisco, chez Prezi vous disposez de pistolets nerf, de skate-boards, de tables de ping-pong, de baby-foots, de bornes d’arcades, d’écrans géants… combien de temps les salariés ont-ils le droit de passer à toutes ces activités ? Y-a-t-il des règles ? Est-ce quantifié ou à la discrétion de chacun ? Voici un bel excès de tentations auxquelles il faudra résister puisque vous êtes au travail non ? Créer du bien-être pour favoriser la productivité et la créativité est une chose, mais transformation ne doit pas rimer avec frustration.

Par Mathieu Vaillant

Category: Non classifié(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

<< Retour

Abonnez vous

E-book

Découvrez nos éditions